Chants, musiques, danses

Les chants de marins sont transmis oralement de marin à marin et de bateau à bateau dans la marine à voile jusqu’à la fin du XIXè siècle. Venez apprendre et chanter le répertoire des chants de travail ou des chants de détente des travailleurs de la mer. Mais également de chants de vie à terre.

Différents groupes proposent des ateliers ouverts à tous : chants, musiques et danses de la mer, atelier instrumental, accordéon diatonique, et ukulélé.

Vire et hop !

L’atelier de chants, musiques et danses de la mer

Cet atelier choral, auquel participent régulièrement une soixantaine d’adhérent.e.s, est avant tout un atelier de découverte du répertoire des chants de marins1, de son origine et de son histoire.

Les répétitions ont lieu le lundi après-midi, une séance qui permet de découvrir les chants traditionnels, mais aussi, d’explorer les chants marins contemporains, de les choisir et de travailler leur interprétation.

Des concerts en public sont proposés à la demande d’associations, d’institutions ou lors d’événements.

L’atelier est composé d’instrumentistes, de chanteuses et chanteurs. Les danses traditionnelles accompagnant souvent les chants, une initiation est proposée tous les 15 jours.

Comment participer : les ateliers sont ouverts à tous et toutes, il suffit de venir au début d’une séance pour se présenter, écouter, et participer si l’expérience vous plaît.

Formalités d’inscription : être adhérent.e de l’association, et s’inscrire à l’atelier au Carré des Amis (20 €/an + 10 € le cahier de chants).


Les instruments joués sont représentatifs des instruments embarqués du temps de la marine à voiles, accordéon diatonique, accordéon chromatique, violon, guitare, banjo, flûte, harmonicas, vielle, bodhran et cajon. 

Atelier gratuit, mais intense par la maîtrise des instruments et de la musique.
Répétitions chaque lundi après-midi à l’auditorium du Musée maritime, pour mettre au point les interprétations et les accompagnements des chanteurs de l’atelier de chants marins… dans la tradition.

Lorsqu’il y a « danse » les musiciens répètent avec les danseurs.
Renseignements sur place.


L’ensemble « Vire et hop ! » de l’association se produit en public sur La Rochelle et dans sa région à l’occasion des Journées du patrimoine, de festivals de chants de marins ou d’invitations privées.


L’accordéon diatonique des Amis2

Un petit groupe de musiciens et musiciennes amateurs désireux de contribuer à faire vivre le patrimoine immatériel que constituent les chants de marins et les danses régionales traditionnelles qui étaient à la source de l’inspiration des marins musiciens.

Les répétitions ont lieu au Carré des Amis le mardi matin. Toute personne sachant jouer de l’accordéon diatonique est la bienvenue. Le groupe développe constamment son répertoire et se produit à la demande, lors de diverses manifestations.


Le groupe ukulélé des Amis

Cap ukul’ propose de revisiter un large répertoire de musiques et de chants français et internationaux.
Nous préparons des arrangements que nous chantons en nous accompagnant au ukulélé.
Chaque mardi, pendant 1h pour les débutants, nous étudions l’ apprentissage des bases pour pratiquer cet instrument. Puis 2h de répétition avec l’ensemble du groupe.
Le groupe compte actuellement plus d’une vingtaine d’adhérents et nous pouvons encore accueillir de nouveaux adeptes.


En savoir plus

  1. La chanson de marin était la musique du quotidien qui ponctuait la vie de ces travailleurs de la mer par des chants, des ritournelles, des comptines et des complaintes qu’ils inventèrent pour s’aider dans l’effort et réussir les manœuvres, ou pour adoucir leur ordinaire soumis au dur labeur. 
    Ces chants répondaient, jusqu’à l’abandon de la marine à voile à la fin du XIXe, au besoin de rythmer et synchroniser les efforts du travail de l’équipage, ou lui donner du cœur à l’ouvrage, pour bien enlever les manœuvres. 
    Le nombre des chants de travail et de détente est infini, tout comme leur diversité : « gueulantes » pour finir une manœuvre trop difficile, chansons « salées » pour tenir l’équipage éveillé dans des quarts épuisants, complaintes pour les « quarts en bas » ou à terre…. 
    Les fonctions des chants de travail étaient variées : chants à hisser les voiles, chants à virer l’ancre, chants à pomper l’eau embarquée dans les fonds, chants à nager (ou ramer), chants à déhaler, chants de cabestan et de guindeau. 
    Le rôle des chants de détente était principalement, dans les calmes plats redoutables pour le moral des marins, ou dans les rares moments de « quart en bas » (repos), d’occuper l’équipage en le faisant jouer de la musique et danser : chants de gaillard d’avant, complaintes, chants à danser, et chansons des ports. 
    Les chants de marins, transmis oralement de marin à marin et de bateau à bateau, étaient entonnés par des gens ayant peu ou pas de formation musicale ; leur structure était donc généralement simple, les mélodies faciles à mémoriser, les paroles souvent improvisées ou réinventées. ↩︎
  2. L’accordéon diatonique a été mis au point vers le milieu du XIXe siècle ; il s’est rapidement répandu dans les campagnes et il est devenu l’instrument favori de la marine à voile grâce à sa robustesse, sa maniabilité et son faible encombrement. Parfois appelé le « biniou des terre-neuvas », il servait à soutenir la rude tâche des matelots autant qu’à les distraire sur les gaillards d’avant ou dans les bistrots des ports. Il accompagnait indifféremment les manœuvres, les chants et les danses. ↩︎